Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /var/www/legtux.org/users/perdurable/www/lechampdamitie/wp-includes/post-template.php on line 284

Lexique

ABCD – E – F – G – H – I – J – K – L – MN – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

A

Angiosperme : n.f.- (en grec : aggeion, c’est un récipient, une enveloppe protectrice et sperma = graine). C’est le groupe le plus important des plantes à fleurs (il y a actuellement plus de 300 000 espèces décrites). Elles sont caractérisées par un organe qui n’existe dans aucun autre groupe et qui est le carpelle. Les carpelles (dont l’ensemble constitue l’ovaire ou gynécée) enferment et protègent les ovules. C’est la paroi des carpelles qui se transformera en fruit. C’est pourquoi le fruit n’existe que chez les seules Angiospermes.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Axe : n.m. (du latin axis = essieu) – synonyme de tige.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

B

Bractée : n.f. (du latin bractea = feuille de métal) –désigne toujours une feuille ou un organe foliaire généralement différent par sa taille, sa forme ou sa couleur, d’une feuille végétative ordinaire.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

C

Cambium : Le cambium (du latin cambiare, changer) est une fine couche de cellules méristématiques située entre le bois (ou xylème secondaire) et le liber (ou phloème secondaire). Présent dans les tiges et les racines des dicotylédones pluriannuelles et des gymnospermes, c’est un méristème secondaire (assurant la croissance en diamètre) de ces plantes. Il se forme à partir du procambium, couche unicellulaire. Le cambium est bien connu dans la pratique du greffage car la réussite de la greffe dépend de la bonne mise en contact des cambiums du porte-greffe et du greffon.
(source: Wikipédia)

Cotylédon : n.m. (du grec kotulê = petite coupe) – désigne la ou les feuilles séminales qui accompagnent l’embryon des Spermaphytes dans la graine. Chez les Gymnospermes, leur nombre varie de 3 à 12 (3 à 5 chez Pinus silvestris, 12 chez Pinus pinea) ; il est de 1 seul chez les Monocotylédones, 2 chez les Dicotylédones. Les réserves accumulées dans les cotylédons (souvent transférées à partir de l’albumen) sont utilisées pendant la germination.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

D

Dicotylédone : n.f. (du grec di = deux et kotulêdon = petite coupe) – c’est parmi les Angiospermes le plus vaste groupe de plantes dont la graine a deux cotylédons et dont l’accroissement en épaisseur des tiges est le résultat de l’accumulation de tissus conducteurs et de soutien dits secondaires (dont l’ensemble forme le pachyte), issus de l’activité de cambiums périphériques situés sous l’écorce. Les tiges des dicotylédones peuvent ainsi acquérir de grands diamètres et devenir des troncs. À part les Gymnospermes (conifères, résineux) tous les arbrisseaux, arbustes et arbres indigènes en Europe, sont des Dicotylédones (les palmiers et quelques autres espèces exotiques arborescentes sont des Monocotylédones). Chez les Dicotylédones, la racine principale est toujours bien développée et les feuilles sont rarement de type rubané. Leur nervation est réticulée. Le pédoncule floral porte, lorsqu’elles existent, deux préfeuilles décussées (on dit aussi en croix) avec le plan axebractée. Les fleurs sont souvent de type 5. Les Dicotylédones étaient classiquement divisées en Apétales, Dialypétales, Gamopétales.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Décussé : adj. (du latin decussatus = croisé) – se dit de feuilles ou de rameaux opposés (ce qui est identique, puisque les rameaux sont nés à l’aisselle des feuilles) dont les paires successives forment entre elles un angle droit.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

G

Gymnosperme : n.f. et adj. (du grec gymnos = nu et sperma = graine) – c’est un groupe de végétaux à fleurs qui a connu son apogée à l’Ère secondaire et qui n’est plus représenté de nos
jours que par environ 600 espèces qui sont toutes des arbres ou des arbustes, monoïques ou dioïques, jamais hermaphrodites. La caractéristique commune à tous ces végétaux et qui les distingue de toutes les autres plantes à fleurs (Angiospermes) est de ne jamais former de fruits puisque leurs ovules sont nus. Les Gymnospermes qui nous entourent sont toutes des Conifères (leurs inflorescences femelles sont en forme de cône, comme les pommes de Pin ou les cônes d’épicéa). On les désigne aussi sous le nom de résineux, tels les Pins, les Sapins, les Épicéas, les Mélèzes mais aussi les Cyprès, les Genévriers, les Thuyas. Parmi les Gymnospermes qui ne sont pas des résineux, on peut citer l’If ainsi que le Ginkyo biloba et les Cycas, vrais fossiles vivants.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

M

Monocotylédone : n.f. – (du grec monos = seul et kotulêdon = petite coupe) – c’est parmi les Angiospermes, un groupe de plantes dont la graine n’a qu’un seul cotylédon. « Toute une série de caractères anatomiques et organographiques confèrent aux Monocotylédones un port spécial permettant de les reconnaître à première vue ». – les Monocotylédones n’ont pas de racine principale, celle –
ci avorte pendant la germination : leurs racines sont adventives ou fasciculées, – il n’y a pas de formations secondaires. « Les faisceaux conducteurs de la tige ne forment jamais un pachyte continu, mais sont toujours très nombreux et dispersés, sans ordre apparent, dans le parenchyme fondamental. » Cette particularité conduit à des tiges ayant la structure d’un câble et qui sont de ce fait d’une souplesse et d’une solidité incroyables. Le Rotin est un Palmier lianescent dont les tiges permettent la fabrication de pièces de mobilier très solides. Dans toute l’Asie du Sud-Est, les bambous qui sont des chaumes de graminées sont utilisés en échafaudages. Chacun a en mémoire des images de tempêtes tropicales dans lesquelles on voit des palmiers soumis à des vents auxquels aucun arbre à tronc rigide ne pourrait résister, – les feuilles sont le plus souvent à limbe rubané et nervation parallèle, ce qui est rare chez les Dicotylédones. Elles sont généralement sessiles et sans stipules, – la tige n’est généralement pas ramifiée (sauf les rhizomes) à part dans les inflorescences, – le pédoncule floral porte une seule préfeuille qui est en position dite adossée, comprise entre le pédoncule de la fleur et l’axe qui le porte,- les fleurs sont le plus souvent de type 3 et forment 5 verticilles selon la formule florale : 3 sépales + 3 pétales + (3+3) étamines + 3 carpelles, – les Monocotylédones sont essentiellement herbacées (l’absence de formations secondaires en est la cause) et le type biologique « arbre » est rare dans ce groupe, sauf chez les Palmiers (= Arécacées). Les principales familles de Monocotylédones représentées dans la flore tempérée de nos régions, sont les Poacées (= Graminées), les Cypéracées, les Liliacées, les Iridacées, les Amaryllidacées, les Orchidacées…
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

N

Nervation : n.f. (du latin nervus = nerf) adj. dérivé : nervuré – c’est la disposition des nervures sur les limbes des feuilles. « La disposition des nervures varie à l’infini ; on peut cependant la rattacher à quatre types principaux entre lesquels existent d’ailleurs toutes sortes d’intermédiaires ».
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

P

Pachyte : n.m. (du grec pakhutês = épaisseur) – désigne l’ensemble des formations secondaires (bois, liber et leur cambium générateur) d’une tige ou d’une racine.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Pédoncule : n.m. (du latin pedunculus, diminutif de pied) – c’est l’axe qui porte la fleur : le pédoncule floral. Né à l’aisselle d’une bractée, il peut porter une (chez les Monocotylédones) ou deux (chez les Dicotylédones) préfeuilles au-dessous de la fleur.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Préfeuille : n.f. (du latin pré =avant et folia = feuille) – la ou les préfeuilles sont une ou deux petites pièces foliaires portées par le pédoncule de certaines fleurs. Lorsqu’elles existent, elles sont toujours deux chez les Dicotylédones, insérées ou non au même niveau et décussées (on dit en croix) avec le plan passant par le pédoncule floral et la bractée axilante (= le plan axe-bractée). On désigne par α la préfeuille la plus basse, par β la plus haute.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

R

Réticulé : adj. (du latin reticulum = petits rets) – qualifie un organe dont la surface présente un réseau.
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Rubané : adj. – désigne un organe en forme de ruban comme l’est le limbe des feuilles des Graminées (sauf les bambous) et de bien d’autres Monocotylédones. Voir limbe
(source: Vocabulaire Illustré – Éléments de botanique descriptive des végétaux vasculaires – Maurice Reille.)

Micro-ferme expérimentale permacole

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com