Essai de Milpa

Le terrain étant en pente j’ai creusé les sillons entre les buttes de façon à ce qu’ils s’alimentent entre eux en eau.

Je voulais, l’année dernière déjà, tester cette association ancestrale originaire d’Amérique Latine, mais je n’en avais pas eu le temps. Je ne vais pas m’attarder sur la méthode qui est très bien expliquée ici. On m’avait confié quelques graines de maïs des indiens (maïs multicolore). J’en avais peu j’ai donc décidé de faire un semis en terrine pour éviter de me faire chiper toutes mes graines avant même quelles ne germent. Un peu plus tard j’ai procédé au semis à l’étouffée de courges et courgettes (je reviendrai sur cette méthode dans un autre article). Puis j’ai attendu que les saints de glaces soient passés pour mettre le tout en terre, faire mon semis de haricots en pleine terre et pailler le tout d’un peu de sciure.

Photo datée du 20 octobre 2017.

Je dois dire qu’au début tout a stagné pendant bien deux semaines, voire trois… Il faut dire que j’avais fait les semis un peu trop tôt je pense et les plants ont dû trainer un peu trop longtemps en pot. Puis la croissance a peu à peu repris. Les haricots eux ne sont jamais sortis… Les courges et courgettes ont finalement atteint des tailles respectables mais loin de concurrencer des plants semés directement en pleine terre… Il existe une vidéo très intéressante de Damien (ici) qui parle de la culture des courgettes dans laquelle il explique que lorsqu’un plant de courgette/courge reste en pot plus de 3 semaines, les racines tournent dans le contenant et ont par la suite plus de difficulté à continuer leur développement correctement lors de la mise en terre. Ceci explique sûrement en partie cela…

Photo datée du 20 octobre 2017.

Le maïs, lui n’a rien produit… Il est resté chétif et mal en point. Je retenterai l’expérience la saison prochaine en faisant tous les semis en pleine terre. Pour ce qui est de la récolte de courges et courgettes, elle fût elle aussi bien triste sur cette parcelle probablement dû à un manque de pollinisateurs sur cette partie du terrain.

Photo datée du 9 août 2017.

Afin d’offrir le gîte et le couvert aux insectes pollinisateurs, des haies fruitières et autres plantes mellifères y seront donc installées et nous mettrons en place des talus de branchages aux abords de la parcelle (comme le font de façon très esthétique mes voisins de la Patûre es Chênes à Hénon dans cette vidéo).

2 réflexions au sujet de « Essai de Milpa »

  1. Merci beaucoup pour ton commentaire Heikel. Mon premier ça se fête! Pour ce qui est de la température lors du repiquage peux-tu m’en dire plus?

    Merci pour tes conseils au sujet du maïs je ferai de même la saison prochaine! Ça a bien donné chez toi cette année?

    A bientôt!

  2. Merci pour ce retour très intéressant !

    Concernant la reprise des plants, c’est certainement dû, en partie au moins, à ce que vous évoquez. Cela peut aussi venir de la température lors du repiquage.

    Pour le maïs, j’ai eu le même soucis il y a 2 ans, cette année j’ai planté du maïs que j’ai commencé à sélectionner moi même, et j’en ai planté plus afin d’être sûr d’en avoir. Et j’ai aussi mis 2 variétés de maïs (les croisements ne me gênent pas forcément.

    À bientôt !

Laisser un commentaire